Ferhat Mehenni - I tmurt n Leqvayel, Full Album)

Channel: Dalila La Kabyle

32,896

TIP: Right-click and select "Save link as.." to download video

Initializing link download... Initializing link download.....

La page de Dalila La Kabyle sur Facebook:
https://www.facebook.com/pages/Dalila-La-Kabyle/463744837110639

Ferhat Mehenni - I tmurt n Leqvayel, Hymne à la Kabylie (Album Complet)

Ferhat Mehenni dit Ferhat Imazighen Imula, est un chanteur algérien de musique kabyle et homme politique engagé né le 5 mars 1951 au village Maraghna à Illulen Umalu (Illoula Oumalou), Wilaya de Tizi-Ouzou, en Kabylie (Algérie française à l'époque).

Licencié en sciences politiques, Ferhat Mehenni fait sa percée tout d'abord dans le monde musical en 1973 en remportant avec son groupe "Imazighen Imoula" le premier prix du Festival de musique moderne d'Alger.

Il commence alors sa carrière de chanteur contestataire, hostile à la fois au pouvoir et aux islamistes. Il est arrêté par le régime d'Alger la première fois en 1977, il le sera une douzaine de fois encore par la suite pour son engagement dans le Mouvement Culturel Berbère dont il est la figure emblématique. En 1980, il est parmi les 24 détenus du Printemps berbère. Condamné à trois ans de prison ferme en 1985, il est gracié en 1987.

Il est l'un des quatre fondateurs, avec feu Mustapha Bacha, Mokrane Ait Larbi et Said Sadi du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD). Il en a démissionné fin mai 1997.

Présent dans le Vol AF 8969 d'Air France détourné en décembre 1994 par des membres du GIA, il en réchappe grâce à l'action du GIGN.

Il a créé le Mouvement Culturel Berbère MCB-Coordination nationale le 4 avril 1993 puis le MCB-Rassemblement national à la fin du boycott scolaire de 1995.

En 2001, suite aux assassinats de jeunes kabyles du Printemps Noir par la gendarmerie algérienne, il prôna comme solution à la sortie de crise dans laquelle se débat depuis l'Indépendance l'Algérie, l'autonomie régionale. À cet effet, il a fondé le Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie. L'assassinat de son fils aîné Ameziane, le 19 juin 2004 à Paris, qui n'a toujours pas été élucidé est selon lui très probablement lié à son engagement autonomiste.